La barrière de la langue en voyage

crowd-3382508_1920

Lorsque j’étais à l’école primaire, l’anglais était loin d’être ma matière forte. Pourtant, je réussissais bien dans toutes les autres matières. Lorsqu’est venu le temps de m’inscrire à l’école secondaire, j’ai été sur une liste d’attente pour pouvoir accéder au programme de linguistique (justement parce que mon anglais était trop faible). Après quelques semaines d’incertitudes, j’ai finalement été acceptée dans le programme de langues (et j’en suis aujourd’hui très contente!). À l’époque  (j’avais 12 ans), je ne réalisais pas à quel point l’anglais serait important dans ma vie. Oui pour le travail, mais surtout, pour me permettre de voyager sans le stress de la barrière de la langue. Avec l’anglais, le monde entier est accessible. Et bien que je n’aie qu’une base en espagnol, c’est suffisant pour que je puisse aussi me débrouiller dans un milieu où ni l’anglais et ni le français ne sont compris.

J’ai la chance de bien maîtriser l’anglais (et d’avoir l’espagnol comme 3e langue pour me dépanner), mais je sais que ce n’est pas le cas de tous et que le fait de ne parler que français peut être un vrai casse-tête et causer un immense stress. J’entends souvent des gens m’avouer que c’est principalement ce qui les empêche de voyager.

Pourtant, aujourd’hui la barrière de la langue ne devrait plus être une excuse pour ne pas voyager. Oui, je comprends totalement l’inquiétude ou le stress que peut créer un voyage à l’étranger si on ne parle pas au minimum l’anglais. Mais vous n’êtes pas seuls. Combien de personnes j’ai rencontrées et qui m’ont dit avoir appris l’anglais en voyage ou à l’étranger ?

Je ne vous cacherai pas qu’il n’y a pas de meilleure façon d’apprendre une langue étrangère qu’en voyageant. Je n’ai jamais fait d’immersion dans une autre langue pendant plusieurs mois, mais le seul fait de voyager régulièrement m’a permis d’apprendre beaucoup, et surtout, de mettre en pratique mes connaissances.

Si ça peut vous rassurer, dites-vous que les habitants des endroits visités sont généralement très gentils et veulent nous aider. Oui, ça m’est arrivé (et même récemment) de me trouver face à quelqu’un qui ne voulait pas faire l’effort de comprendre mon anglais (avec mon super accent québécois). Mais ces situations sont assez rares et on finit toujours pas se comprendre. Dans le pire des cas, on peut pointer (sur un menu par exemple), ou encore mimer! Je me suis fais raconter une anecdote où, ne comprenant pas un menu en italien et le serveur ne parlant pas très bien l’anglais, ce dernier a mimé les animaux des différents plats du menu (poulet, bœuf, porc). Si ça ce n’est pas la preuve que les locaux veulent bien nous aider, je ne vois pas de meilleur exemple!

Aussi, la technologie d’aujourd’hui rend le tout tellement plus facile. Il existe des dictionnaires anglais/français (ou français/autre langue) qui fonctionnent très bien sur les téléphones intelligents et tablettes, et ce même sans internet.

Et parfois, la mauvaise compréhension de l’autre crée de belles anecdotes. En voici un exemple :

Mon prénom (Claudie), se prononce en anglais de la même façon que le mot « cloudy » (nuageux). Lors de mon premier voyage en Europe, j’étais avec des amies et nous dormions dans une auberge de jeunesse à Londres. L’employée à l’accueil de notre auberge a demandé à mon amie si elle était sur la même réservation que Claudie. Mon amie entendait bien mon nom mais il était prononcé à l’anglaise, donc ça sonnait comme « cloudy ». Elle a demandé à l’employée de l’auberge si elle parlait de la météo à l’extérieur ! 🙂

À force de voyager, on finit par se bâtir notre propre petit lexique de termes fréquemment utilisés. Je vous partage aujourd’hui les termes qui, à mon avis, pourraient vous être les plus utiles.

Cliquez ici si vous souhaitez obtenir gratuitement le lexique français/anglais/espagnol que j’ai préparé pour vous.

Et rappelez-vous : Si vous avez le courage de passer par-dessus la peur de l’incompréhension de l’autre, le monde s’ouvrira à vous.

N’hésitez pas à m’écrire si vous avez des questions ou si j’ai oublié des termes importants dans le lexique. Si c’est le cas, il me fera plaisir de le mettre à jour.

Avez-vous des anecdotes de voyage mettant en scène une mauvaise compréhension de l’autre ? Si oui, j’aimerais bien vous lire à ce sujet!

 

*Vous aimez cet article ? N’hésitez pas à partager !*


Vous aimerez aussi :

Les correspondances en avion – Comment bien les planifier

5 actions à prendre si vous pensez manquer votre vol de correspondance

Conseils et astuces pour dénicher le meilleur hébergement en voyage

Conseils pour l’achat de vos billets d’avion

Comment bien calculer votre budget voyage

La planification d’un voyage – de A à Z


 


2 réflexions sur “La barrière de la langue en voyage

  1. Pour ma part la langue ne m’a jamais empêché de voyager, en ce moment je suis au Kirghizistan et ici c’est soit le kirghize soit le russe 😅 mais cela n’empêche pas de communiquer avec les locaux, comme tu dis, grâce au nouvelles applications en ligne mais on parle aussi avec les mains, le regard et le sourire 😁

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s