La fois où… j’ai été surbookée (partie 1)

C’est l’histoire d’une fille (moi!) qui va passer une semaine en Floride (avec ma boss) pour une formation en lien avec le travail (y’a des endroits pires que ça pour suivre une formation 😉 ). C’était en plein mois de juillet. On arrive à West Palm Beach le dimanche. La météo est superbe. Soleil et chaleur mur à mur. L’hôtel est super aussi, avec une belle piscine. On en profite !

Lundi matin, début de la formation. Ça a été une semaine assez intense. La formation commençait tôt et se terminait tard. Et chaque soir il y avait un souper avec les collègues américains. Disons que le jeudi soir j’étais très fatiguée et pas trop fâchée de rentrer au bercail le lendemain matin.

Bref, le vendredi matin je me lève très tôt pour prendre l’avion qui décollait vers 7h00. Le monsieur qui nous avait donné la formation avait offert qu’on prenne le même transport pour se rendre à l’aéroport (son vol était environ en même temps que le nôtre). Il offre de s’occuper d’appeler Uber pour qu’il vienne nous chercher le lendemain à l’hôtel. C’est là que j’ai appris à ne JAMAIS me fier sur quelqu’un d’autre que moi-même pour gérer la logistique de mes transports. Le monsieur a appelé Uber à la dernière minute et on est arrivés à l’aéroport très tard. On a été vraiment juste pour faire notre enregistrement, déjeuner rapido et prendre notre vol. Jusque là, tout était encore sous contrôle.

Pour revenir à Québec, j’avais un vol de West Palm Beach à Newark et ensuite de Newark à Québec. (Newark…beurk! 😦 )

Le vol WPB – Newark se fait bien.

En attendant le 2e vol pour Québec, je me rends compte que sur mon billet d’embarquement c’est écrit de voir un agent de la compagnie aérienne pour connaitre mon siège. Je vais au comptoir et j’apprends que je ne suis pas certaine de pouvoir prendre le vol. Ils ont booké trop de passagers pour un même vol. Et moi, je suis sur la liste des gens qui seraient « en trop ». On me dit de patienter et d’attendre de voir s’il y aura des désistements ou si d’autres voyageurs voudraient céder leur place. Le hic, c’est que je n’étais pas la première sur la liste d’attente.

Je capote un peu. Je n’avais jamais été surbookée et je ne comprenais pas comment une compagnie aérienne peut faire ça. J’essaie d’avoir plus d’infos de l’agente. Elle me dit de patienter, de retourner m’asseoir et qu’elle m’appellerait si elle avait du nouveau. J’attends… Je stress… J’attends encore. Je retourne voir l’agente et tout ce que je réussi à lui soutirer comme information est qu’au pire elle va me trouver une place dans un autre vol. Mais elle ne savait pas quand serait cet autre vol. Je retourne patienter.

Enfin, on appelle le début de l’embarquement.

L’embarquement se termine et on me confirme que je ne peux vraiment pas prendre ce vol parce qu’il est plein. Je reste plantée là, à regarder les portes se fermer derrière les derniers passagers. J’ai juste envie de courir et de me faufiler derrière eux en criant : J’vais me faire toute petite ! Je suis pas grosse, ça ne paraîtra même pas que j’suis là!

Mais non, je reste bouche-bée avec le cerveau en jello à me demander qu’est-ce que j’avais bien pu faire pour être celle qui est pognée à Newark. Déjà que j’haïs cet aéroport, son statut venait de dropper raide (même si mon côté rationnel savait que c’est la compagnie aérienne et non pas l’aéroport qui était responsable de ma situation).

À ce moment, je ne le savais pas encore, mais ce n’était que le début d’une journée qui s’est résumée en une suite d’événements plus ridicules les uns que les autres…

*Pour connaitre la suite de ma mésaventure, surveillez les prochains articles.*

 


5 réflexions sur “La fois où… j’ai été surbookée (partie 1)

  1. Mauvais souvenir effectivement ! Je me sens a chaque fois plus cheap de t’avoir laissé là …derrière 😉
    J’ai hâte à la suite !! …
    je me souviens …
    Le pire est que même si je décidais de prendre l’offre de la cie aérienne et d’offrir mon siège pour que nous puissions partir plus tard ensemble , je pouvais passer le week-end la et toi aussi car la liste de surclassés était longue et ce n’etait Même pas toi qui aurait eu le siège😖 ! Ou si tu avais eu un siège le lendemain je n’avais même pas la certitude de partir non plus …oh boy ! J’ai mal au ventre tout d’un coup ! 😝

    J'aime

    1. Hahaha ! Ben non, c’était tellement pas grave. 😉 J’ai juste été malchanceuse que ça tombe sur moi. Et tu as tellement bien fait de prendre le vol comme prévu parce que sinon ça aurait probablement été encore plus long pour toutes les deux! Au final, ça fait une anecdote et je sais maintenant comment ça fonctionne quand on est surbooké. 😛

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s